TUERIES DE YIRGOU : C’est un génocide affirme Me Ambroise Farama 210 morts, 00 arrestation.

"C’est un génocide affirme Me Ambroise Farama 210 morts, 00 arrestation, ce sont les chiffres donnés par le collectif contre l’impunité et la stigmatisation des communautés (CISC) au cours d’une conférence de presse ce vendredi 1 février 2019."

Selon le porte-parole du collectif les 210 personnes tuées ont bel et bien été identifiées, et ce chiffre pourrait évoluer car le recensement se poursuit. En retraçant les faits de ces tueries, Me Ambroise Farama affirme qu’il s’agit d’un génocide car tous les éléments sont réunis : la préméditation, la préparation et l’exécution.

Il fait remarquer que le « 23 décembre 2018, le groupe d’auto défense (Kolwéogo) a organisé une fouille des domiciles des peulhs à la recherche d’armes blanches ou armes à feu. A la fin de cette première opération ils sont revenus le 29 et ils ont donné un ultimatum de quitter les lieux dans 72 heures et ce délai expirait le 1er janvier 2019. C’est à l’expiration de ce délai qu’ils sont passés à l’acte », raconte l’avocat.

Pour l’auxiliaire de justice, l’élément déclencheur de cette crise n’était pas la mort du chef de Yirgou mais l’expiration du délai. Selon lui, tous les éléments qui prouvent qu’il y a eu préméditation, préparation et l’exécution sont là, donc pour lui « il n’y a pas de doute, c’est un génocide ciblé contre la communauté peulh et particulièrement les hommes majeurs ». Et un mois après le drame, la justice se fait toujours attendre car aucune arrestation n’a encore été enregistrée signale le collectif pour qui le besoin le plus urgent c’est la justice.

Le collectif contre l’impunité et la stigmatisation des communautés rappelle que seule une justice impartiale transparente et diligente peut contribuer apaiser les cœurs et les esprits et promouvoir les vertus du vivre ensemble. Il attire par la même occasion l’attention des autorités étatiques sur les risques d’une dégradation profonde du climat sécuritaire dans cette partie du pays si les mesures diligentes ne sont pas prises pour que justice soit rendue aux victimes.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *