ROUTE DE L’HOPITAL YALGADO OUEDRAOGO « C’est décevant que trois ans après, on ne voit pas le bout du tunnel », premier ministre

"Débuté il y’a trois ans pour un délai d’exécution de 18 mois, le projet d’aménagement de la section urbaine de la RN4 passant devant le centre hospitalier universitaire Yalgado Ouédraogou peine à prendre forme. Sur les lieux ce lundi 6 mai 2019, le premier ministre Christophe Joseph Marie Dabiré n’est pas passé par quatre chemins pour exprimer son mécontentement."

 « Si je vous dis que je content de ce qui se fait j’aurai menti, parce que c’est une route qui a démarré depuis, et trois ans après on ne voit pas le bout du tunnel, c’est quand même décevant », a indiqué le chef du gouvernement.
Pour lui, il était important de se déplacer pour prendre connaissance des difficultés, encourager les travailleurs et surtout donner des consignes. 59976176_2266896720043299_4022816920922226688_n

Hervé Ouedraogo directeur général du Bureau d’études AGEIM Ingénieurs Conseils, en charge du contrôle et de la surveillance des travaux, explique les raisons de ce retard. Selon lui, Il s’agit du problème de libération des emprises liées à la prise d’un décret d’utilité publique, du déplacement des réseaux de concessionnaires (réseaux existants sur la section urbaine et sur le dalot de la RN3), de l’environnement (proximité du projet avec le Parc urbain Bangr’Weogo) et de l’impossibilité de dévier le trafic, la démolition et la reprise du dalot sur le Canal central à cause des réseaux de l’Office National de l’Eau et de l’Assainissement (ONEA).

59750984_2266896633376641_7396345944737841152_n
Il s’excuse auprès des usagers pour les désagréments causés, et joue la carte de la prudence, « nous espérons qu’avant l’installation des pluies, les principaux éléments des ouvrages seront terminés et que les usagers pourront circuler beaucoup plus calmement. Nous avons déjà beaucoup trop parlé. Alors, nous préférons rester modeste, nous faisons tout ce qui est de notre possible pour qu’il soit livré dans de meilleur délai », a-t-il affirmé.

Pour la suite de sa visite, le chef du gouvernement va retrouver une mine plus sereine et plus heureuse car les travaux à savoir la route de Karpala et le pont de franchissement de Djikofè, dans l’Arrondissement 11 de Ouagadougou.
En ce qui concerne la route de Karpala, le chantier connait un taux d’avancement de 48% sur délai consommé de 38% et pourra être livré dans 45 jours selon les entreprises. Apres ces sites, cap a été mis à Boassa sans le premier ministre. Là c’est Eric Bougouma ministre en charge des infrastructures qui se réjoui de l’état d’avancement des travaux d’aménagement et de bitumage de la voie allant de Sondogo à Bonassa longue de 5,200 qui connait un taux d’exécution de 45% contre un délai tenu de 46%.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *