POLICE NATIONALE

"L' APN dénonce une répression arbitraire et aveugle sur ses membres"

L’ Alliance Police Nationale (APN) a reçu le 30 octobre 2019 des arrêtés, datant du 18/10/2019 signés de Maïmouna THIOMBIANO, Secrétaire Général du Ministère de la Sécurité, portant licenciement de vingt et un (21) fonctionnaires de Police à compter du 06 Août 2019 pour abandon de poste.

Ce syndicat de la police nationale trouve cette décision curieuse d’autant plus la notification a été faite par Maître NABI B VICTOR, Huissier de justice près les Cours et Tribunaux de Ouagadougou à la requête de de la Direction des Personnels(DP) de la Police Nationale .

Par ailleurs, l’APN tient a rappeller que tous ces arrêtés ont été pris le jour même du procès au Tribunal Administratif de Ouagadougou qui a délibéré le 09 Août 2019 et a suspendu la note d’affectation du 21 juin 2019. Cependant, cette organisation de la police nationale souligne un paradoxe. » Ces mêmes policiers faisant objet de licenciement ont vu la régularisation de la note attaquée avec les affectations générales en date du 16 septembre 2019 avec comme délai pour rejoindre le 30 septembre 2019.Comment alors peuvent-ils être licenciés pour compter du 06 août 2019 ? S’interroge l’APN.

L’organisation dénonce donc une répression arbitraire et aveugle abattue sur les représentants de ce syndicat.

l’Alliance indique qu’elle continuera de se battre pour la levée de toutes les sanctions arbitraires infligées à ses responsables et militants et pour le traitement de sa plateforme revendicative, car elle a foi en la justice.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *