ELECTIONS DE NOVEMBRE 2020

"Roch Marc Christian Kaboré sera éliminé au premier tour affirme le CFOP"

«L’Opposition politique vous a annoncé, à travers un communiqué de presse, qu’elle est en train d’élaborer un Accord politique dans le but de remporter les élections couplées de Novembre 2020. Toutes les chances sont du côté de l’Opposition. Roch KABORE sera éliminé dès le premier tour, à cause de gestion calamiteuse. Le MPP a même intérêt à changer de candidat, car Roch KABORE est disqualifié aux yeux des Burkinabè pour diriger encore ce pays.
Les déclarations du Bureau politique national du MPP sont vaines et manquent de crédibilité. En effet, le rapport de force est du côté de l’Opposition politique et la marche vers le changement est irréversible(…)
Hier lundi 10 février, la Commission électorale nationale indépendante (CENI) a officiellement lancé à Dédougou, la révision des listes électorales en vue des élections couplées du 22 novembre 2020.
L’Opposition politique se réjouit du lancement de l’opération. Elle demande à la CENI de tirer les leçons du passé, pour un bon déroulement de l’enrôlement, et une forte participation des citoyens.
En outre, l’Opposition invite l’ensemble des citoyens burkinabè, qui ont 18 ans ou plus, à s’inscrire sur le fichier électoral pour pouvoir voter le changement le 22 novembre prochain.
L’enrôlement incluant les différents types d’élections à venir, la CENI a demandé la prise d’un décret autorisant les jeunes âgés de 17 ans à s’enrôler pour pouvoir voter à partir des municipales de 2021. L’Opposition politique sera vigilante pour que cette initiative n’ouvre pas les portes à des manipulations.
Du reste, comme le savent les Burkinabè, le Président Roch Marc Christian KABORE et sa Majorité ont échoué sur toute la ligne.
La seule manière légale et pacifique de leur retirer la gestion de notre pays, c’est de voter contre eux en novembre. La carte d’électeur est donc l’arme pacifique et libératrice que chaque Burkinabè majeur doit posséder.

Le Burkina Faso souffre déjà de l’insécurité et de bien d’autres maux. Il faut donc tout faire pour ne pas en rajouter.
Le jeudi 6 février dernier, le Ministère des Infrastructures a procédé au lancement des travaux de l’Avenue de l’Insurrection populaire au quartier Sarfalao de Bobo-Dioulasso.
Si le bitumage de cette voie est une bonne chose en soi, la mobilisation d’un parterre de ministres pose problème. En effet, pour l’inauguration d’un kilomètre et demi de voie, le Maire de Bobo-Dioulasso pouvait valablement présider la cérémonie.
Mais puisque nous avons un Gouvernement oisif et en manque d’initiatives, un gotha de ministres y sont allés avec de grosses cylindrées, avec frais de mission sur le dos du contribuable. Tout cela pour battre campagne.
Mais, le MPP doit savoir que ce qui préoccupe prioritairement le peuple, ce ne sont pas des fragments de routes, mais la Sécurité. Les morts ne circulent pas sur le bitume.
Il faut que, par décence et eu égard à la situation sécuritaire actuelle, le Gouvernement arrête la dilapidation des maigres ressources publiques». Extrait de la declaration liminaire du CFOP

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *