CÉRÉMONIE D’INAUGURATION

"Il faut mettre fin aux balades inutiles de certaines autorités !"

Au Burkina Faso, chaque pose de première pierre, de lancement de travaux, de visite de chantier et d’inauguration est célébré en grande pompe. Pour des mini infrastructures où des autorités locales (haut-commissaire, gouverneur) étaient suffisamment compétentes pour inaugurer, on fait déplacer les plus hautes autorités de l’État qui à leur tour mobilisent des milliers de personnes et se déplacent avec escortes, fanfares et gardes. Pire, des personnes non essentielles, voire inutiles à ces cérémonies comme certains ministres, présidents d’institutions, directeurs généraux désertent les bureaux et se déplacent également avec des délégations, des véhicules, du carburant et émargent au compte de l’État pour assister à ces cérémonies; où se pose la question de la nécessité de leur présence!

L’on se rappelle encore en novembre 2017, en partance pour la cérémonie de lancement du bitumage de l’axe Manga- Zabré, le véhicule personnel et le véhicule de fonction d’une présidente d’institution nouvellement installée dans ses fonctions ont été endommagés. Huit véhicules du cortège sont entrés en collision dont deux de l’institution, après le village de Gomboussougou. Des dépenses supplémentaires pour l’État, alors que la présence de cette dernière était inutile.

Pour l’inauguration « des morceaux de route ou de CSPS », par exemple, on dépense des dizaines de millions de francs CFA. Il est vrai que les cérémonies des grandes réalisations sont la plupart du temps financées par les entreprises qui exécutent le projet, mais cela entrainement également des dépenses pour l’État burkinabé au regard du nombre de personnes qui se déplacent en son nom et à sa charge. L’argent utilisé pour toutes ces activités célébrées en grande pompe pourrait servir à réaliser d’autres projets comme la normalisation ou la construction d’école, de centre de santé, la réhabilitation ou l’aménagement de certaines voies etc… Il appartient donc aux autorités de mettre fin aux balades inutiles et de se concentrer à ce pourquoi ils ont été élus ou nommées pour le vrai développement du Burkina.

Au Burkina Faso, il existe plusieurs structures étatiques et non étatiques actives dans la lutte contre la corruption mais il en faudra d’autres pour arbitrer et juger de la pertinence des dépenses publiques comme celle liées aux inaugurations.

Photo: Lefaso.net

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *