BURKINA FASO : Le SYNTSHA annonce 96 heures de grève allant du mardi 21 mai au samedi 25 mai 2019 suivie d’un boycott des gardes et permanences

"Excellence Monsieur le Président, Les travailleurs de la santé humaine et animale organisés au sein du SYNTSHA sont indignés et révoltés de l’attitude de mépris sans précédent que votre gouvernement fait montre à leur encontre. En effet, contrairement aux déclarations du Ministre porte-parole du gouvernement le 03 avril 2019, aucun dialogue sérieux avec le syndicat n’a examiné l’objet du préavis de grève du 25 mars 2019 jusqu’à ce jour. "

Le SYNTSHA en prend acte et prend également l’opinion à témoin. Aussi nous avons l’honneur de vous informer qu’à l’appel du SYNTSHA, les travailleurs de la santé humaine et animale observeront sur toute l’étendue du territoire national, une grève de 96 heures allant du mardi 21 mai 2019 à 7h au samedi 25 mai 2019 à 6 heures 59 mn suivie d’un boycott des gardes et permanences à partir du samedi 25 mai 2019 à 7 heures au lundi 03 juin 2019 à 7 heures pour exiger :
1-le respect concret du protocole d’accord gouvernement-SYNTSHA du 13 mars 2017, notamment :
1-1 le respect du libre exercice des libertés démocratiques et syndicales, le droit de grève en particulier :
1-2 la prise de mesures diligentes pour un fonctionnement optimum des formations sanitaires et vétérinaires du pays et transparence dans la gestion ; arrêt de l’impunité, luttes concrètes contre la corruption, le racket etc., dans les formations sanitaires et les services vétérinaires;
1-2-1 santé humaine: relèvement des plateaux techniques (infrastructures, des équipements fonctionnels, des médicaments et du personnel en quantité et en qualité); arrêt des pannes de longues durées et récurrentes d’équipements conduisant à des fermetures de services, des ruptures de consommables et de médicaments etc.;
1-2-2 ressources animales et halieutiques: amélioration tangible de la couverture en soins vétérinaires par la construction, l’équipement et la dotation en logistiques roulantes des unités d’appui technique en l’élevage, des zones d’appui technique en élevage, des postes vétérinaires et des postes de contrôle vétérinaire aux frontières.

1-3 l’adoption suivie de mise en œuvre en fin mai 2019 au plus tard des statuts particuliers et du RIME dans les secteurs de la santé humaine et animale y compris la période transitoire liée au relèvement du niveau de recrutement des infirmiers/ères d’Etat, des sages-femmes et maïeuticiens d’Etat, Agents Itinérants de Santé et d’hygiène communautaire et des Garçons et filles de salle d’une part et d’autre part les textes relatifs à l’Agence Nationale de Soins de Santé Primaires (AGSP);
1-4 le paiement en fin mai 2019 des salaires et indemnités dus aux travailleurs au terme de la loi 057 -2017/AN portant statut de la fonction publique hospitalière en respectant la date d’effet du 1er janvier 2018 ;
1-5 la mise en œuvre immédiate du reversement en A1 des attachés de santé et des conseillers d’élevage conformément au protocole du 13 mars 2017 et avec pour date d’effet le 1er septembre 2017;
1-6 la mise en œuvre effective en 2019 du maintien de toutes les indemnités des travailleurs de la santé humaine et animale en stage.
1-7 le respect de tous les autres engagements pris par le gouvernement dans le protocole d’accord de mars 2017 : amélioration de l’allocation indemnitaire notamment l’indemnité de contagion et de contamination pour la santé animale, prise en charge de la santé des travailleurs etc.);
1-8 un échéancier clair pour la relecture et l’adoption des textes conformément au protocole d’accord du 13 mars 2017 : arrêté conjoint sur une réglementation des marchés publics adaptée au secteur de la santé (point 4, page 21 du protocole d’accord); textes relatifs à la participation des travailleurs à travers leur syndicat aux instances où se décide leur sort (Conseil d’administration, Conseil de santé de district, comité technique régional de santé etc.(point 5 page 21 idem).

2- l’adoption rapide du décret fixant modalités de gestion des logements administratifs dévolus aux communes dans le domaine de la santé et juste règlement des problèmes de logements des agents de santé antérieurs audit décret ;
Si à l’issue de cet arrêt de travail, des solutions satisfaisantes n’étaient pas trouvées, le SYNTSHA se réserve le droit d’engager d’autres actions de lutte pour faire aboutir ses justes revendications. Par son mépris inacceptable, le SYNTSHA tient le gouvernement pour seul responsable de la détérioration du climat social dans les secteurs de la santé humaine et animale.
Veuillez agréer, Excellence Monsieur le président, l’expression de notre très haute considération.

Pissyamba OUEDRAOGO

Ampliations :
Premier Ministre
MFPTPS
MINEFID
MS
MRAH
BNC/CGT-B
Sections SYNTSHA

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *