ASSASSINAT DES MILITANTS DE L’ODJ DANS LE YAGHA, L’ODJ exige vérité et justice !

"Trente-trois jours après l’assassinat de ses militants dans le Yagha, l’Organisation Démocratique de la Jeunesse du Burkina Faso (ODJ) réaffirme sa ferme détermination à se battre pour que les auteurs, commanditaires et complices soient identifiés et châtiées à la hauteur de leur forfaiture. Une plainte a été déposée auprès de la justice militaire pour que justice soit faite et une autopsie des corps a été demandée Le 1er juin 2019. Mais selon les responsables de cette organisation « depuis lors, que d’obstacles ! Toute chose qui retarde l’autopsie. En effet, de procédure en procédure, cela fait exactement 33 jours que les corps de nos camarades attendent d’être autopsiés », ont-ils confié à la presse ce mardi 2 juillet 2019."

Fahadou Cissé et Hama Balima ont été assassinés le 31 mai 2019. Pour l’ODJ ces crimes interviennent après plusieurs menaces et tentatives d’intimidation. « Le 21 mars 2019, une conférence de presse a été organisée au siège de la structure pour dénoncer les tentatives de liquidation de l’ODJ et interpeller l’opinion publique sur des faits précis d’intimidation, de menaces et de répressions contre l’organisation et ses militants. A l’occasion, des cas graves de menaces de mort contre des camarades du Yagha dont Fahadou Cissé justement, ont été révélés. Malgré tout, le forfait odieux est commis le à travers l’assassinat de nos deux camarades », expliquent les responsables.

Fahadou Cissé et Hama Balima assassiné le vendredi 31 mai 2019 alors qu’ils se rendaient à Sebba pour une audience prévue avec le Haut-Commissaire de la province du Yagha autour des problèmes liés à l’orpaillage en lien avec la fermeture des sites ; des rackets et la corruption de certains agents de l’administration publique de la province ; et des problèmes d’accès aux soins de santé dans la province ont été faits « Héros de la Nation suite à l’insurrection populaire des 30 et 31 octobre 2014 », précise l’ODJ.

L’Organisation Démocratique de la Jeunesse du Burkina Faso
– Condamne fermement l’assassinat odieux des deux ses combattants ;
– Appelle les autorités à prendre toutes les dispositions pour que lumière soit faite sur cet assassinat ;
– interpelle une fois de plus les autorités quant au respect des droits des citoyens, au respect des libertés d’expression et de manifestation ;
– rappelle aux autorités qu’elles sont responsables et garantes de la sécurité des burkinabè quelque soit leur conviction religieuse, politique et idéologique, leur ethnie, etc.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *